29 décembre, 2008

Faire des bulles... au mois de décembre


Quand on ne peut aller glisser avec nos nouveaux traîneaux car il y a de l’eau partout…

Quand on ne peut aller essayer nos nouveaux patins car la glace a quasi tout fondue…

On…

On va au magasin à 1dollar acheter du savon à bulles (et oui, il y en a, même en plein mois de décembre!), on s’installe sur le perron et on fait des bulles!!!

23 décembre, 2008

Joyeux ce saboteur - Suite

Qu’est-ce qu’un petit bonhomme, qui vient tout juste d’avoir trois ans, trouve comme activité pour meubler ses journées à la maison, alors qu’il est en congé de garderie?

En profiter pour jouer avec ses petites autos?

En profiter pour faire de belles siestes l’après-midi?

En profiter pour rester en pyjama toute la journée?

Oui, toutes ces réponses. Sauf, qu’entre vous et moi, cela est assez banal! Qu’a cela ne tienne, Joyeux a trouvé une bonne façon de mettre du piquant dans sa journée :

S’embarrer dans la salle de bain!

Oui, vous avez bien lu! Il joue à s’embarrer dans la salle de bain.

Comment faisons-nous pour le sortir de là? Avons-nous une clé? Devons-nous démonter la poignée à chaque fois afin de sortir le bambin en larmes, prisonnier de la salle de bain?

Neni. Niet.

Mais non, rassurez-vous. Joyeux est capable de débarrer la porte TOUT SEUL, comme il dit.

Imaginez le cirque :

Nous sommes assis à table, c’est l’heure du repas. Puis, Joyeux nous informe qu’il n’a plus faim. Il se lève de table et s’en va, d’un pas innocent, jouer au pied des escaliers. (Et oui, mauvais parents que nous sommes, nous laissons non seulement les enfants jouer près des escaliers mais aussi dans les escaliers.

Compagnon et moi, nous discutons, toujours attablés puis du coin de l’œil, nous apercevons Joyeux qui monte les escaliers à toute vitesse.

Vite, Compagnon essaie de le rejoindre, monte les escaliers deux par deux.
Puis, signe qu’il n’est pas arrivé à temps, on entend la porte de la salle de bain se fermer et… se barrer.

Le petit vlimeux rouvrira la porte lorsqu’il ne restera plus de papier de toilette sur le rouleau de papier de toilette…à moins que l’on ne soit plus rapide à démonter la poignée!

Sur ce, je vous souhaite à toutes un temps des fêtes comme vous les aimez!

21 décembre, 2008

Joyeux ce saboteur

Comment saboter une bonne partie de paquet voleur?

Avoir son petit frère de trois ans autour de la table et qui « call » les cartes quand c’est ton tour!!!

19 décembre, 2008

L'humour au premier degré

J’adore cette période, vers 8 ans, où les enfants sont en mesure de faire des blagues, de les comprendre et de les rire.

Vous savez, ce genre d’humour très basic, très premier degré?

On ne peut s’empêcher de rire lorsque tout fiers, ils nous arrivent avec une blague de leur crue, un jeu de mots tout simple.

Et on se réjouit surtout de voir qu’il y autre chose que les mots pipi, pet et compagnie ainsi quelques onomatopées pour les faire rire.

Et voilà que Grincheux, qui porte bien son nom, vient de se découvrir un petit côté humoristique. (comme quoi, tout n’est pas perdu!)

Hier, il nous est arrivé avec cette blague :

Grincheux, tout sourire, où une dent sur deux manquent : Maman, devine pourquoi la poule a peur de l’eau?

Maman : Hum… laisse-moi y penser…

Grincheux, tout de go : Car elle ne veut pas devenir une poule mouillée!

Bon… je vous avais averti… très basic… très premier degré… mais tout de même…c’est un début!

16 décembre, 2008

La première fois que je t’ai pris dans mes bras

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Joyeux. Il a 3 ans. Et je me souviens, comme si c’était hier, la première fois que je l’ai pris dans mes bras.

Né par césarienne, ce n’est qu’à mon réveil que j’ai pu le rencontrer, en personne, face à face, peau à peau pour la toute première fois.

Assise dans ma chaise roulante, l’infirmière de néonatalogie avait alors déposé au creux de mes bras ce tout petit bébé et elle avait dit ces mots :

Tiens maman, on t’attendait.

Ces paroles, ce premier contact, sont restés frais en mémoire comme s’il cela s’était passé hier.

Il m’arrive régulièrement, lorsque assise dans le bus, le soir en lisant dans mon lit ou lorsqu’il vient, encore, se lover dans mes bras, de revivre ce tendre moment.

Et chaque fois, la même chaleur se fait sentir dans mon ventre, la même tendresse m’envahi.

Je t’aime mon petit-loup

14 décembre, 2008

C'est ta mère la menteuse - Suite et Fin

Attention – Ceci est la suite du billet précédent!

Alors, lorsque nous sommes quittées, c’était la maman du copain qui avait héritée du titre de « menteuse ».

Ce n’était pas comme cela que je voulais que notre conversation sur l’existence du Père Noël se termine.

Mais, je ne payais rien pour attendre!

Je m’imaginais déjà Grincheux arriver à l’école, tout confiant, et dire à son copain : ma maman m’a dit que le Père Noël existe. C’est donc ta mère qui te raconte des histoires!

En catastrophe, assisse sur le bord du lit de Grincheux, je me suis donc ravisée.

Maman : Ok Grincheux, non, il n’existe pas le Père Noël.

Et là son regard est resté figé quelques secondes. Je me suis dit : mais diantre, ou est Compagnon?!!! Pourquoi est-ce moi qui se retrouve dans ce pétrin?!!!

Et là, alors que je croyais que Grincheux se mettrait à pleurer, une toute autre chose s’est produite.

Tout d’un coup, ses sourcils se sont froncés, il a pris un air fâché et m’a dit :

Alors, c’est à cause de toi si je n’ai pas eu ce que j’avais mit sur ma liste l’an passé.

Et toc! De la mère porteuse de vérité, j’étais maintenant celle qui était la cause d’une bonne déception!

Comme quoi, une semi- victoire, ça ne dure jamais bien longtemps!

Comment me suis-je sortie de là?

Disons, que je l’ai flatté dans le bon sens du poil!

Je lui ai dit que lorsque l’on a 8-9ans comme lui et son copain, on devient pas mal intelligent. On pose des questions, on observe des choses et on fait des découvertes … du genre les secrets d’adultes (ou serait-ce plutôt les mensonges d’adultes!!!)

Et que sa petite sœur et son petit frère eux, âgés de 5 et 3 ans, étaient encore trop petits ( ok. J’ai dit pas assez intelligents!) pour découvrir ces choses. Il fallait donc garder le secret.

Oh oui…je lui ai bien sûr parlé de la magie de Noël et de la place du Père Noël dans tout ça.

Je suis peut-être moi aussi une maman menteuse mais je tiens à garder un peu de magie!

11 décembre, 2008

C'est ta mère la menteuse!!!

A tous les parents qui ont des tout petits et des « moyens » (!), passez faire un tour sur le site web du Père Noël portable. Ce site vous permettra de préparer un message vidéo personnalisé de la part du… Père Noël lui-même!

Cela vous prendra à peine deux minutes et le résultat est surprenant. D’un réalisme incroyable, l’effet sera instantané : yeux grands ouverts, bouche béate et étincelles aux yeux chez les tout petits sont garantis! Surtout lorsqu’ils entendent le Père Noël dire leur prénom.

Compagnon et moi en avons fait l’essaie. Pour Joyeux (3ans) et Proffe (5 ans), cela n’a que fait grandir la magie de Noël dans leur cœur (hum.. phrase un peu quétaine!).

Pour Grincheux qui a 8 ans, qui est donc à l’âge du raisonnement et de la logique, le résultat, ou disons, l’effet secondaire fut tout autre!

À l’heure du couché, alors que je le bordais, la question fatidique est tombée!

Grincheux : Maman, je vais te poser une question et tu peux seulement répondre par oui ou par non.

Maman, qui ne se doute de rien : Ok, vas-y !

Grincheux, qui va droit au but : Est-ce que le Père Noël existe pour vrai ?

Un peu déstabilisée, j’emploi la technique du et toi qu’en penses-tu
afin de gagner du temps. Mais cela était sous-estimé la détermination de Grincheux !

Grincheux, d’un ton sévère : Maman, je t’ai dit oui ou non.

Me voilà acculée au mur. Dire oui, c’est un mensonge, dire non c’est être obligé de fournir une explication à laquelle je n’ai pas encore pensée ! Grincheux me regarde droit dans les yeux. On dirait un interrogatoire ! Ma tête hésite, oui, non..

Maman : Oui. Oui. Il existe. Tu vois bien qu’il existe. Tu lui envois des lettres depuis des années…et il te répond. Tantôt, il t’a envoyé un message par courriel… il a même dit ton nom.

Grincheux change alors d’air. De son regard perçant, il a maintenant un petit sourire et l’œil brillant. Comme si était venu le temps d’une vengeance !

Grincheux, victorieux : Ah han ! Je vais le dire demain à Jonas que c’est sa mère qui est menteuse et pas la mienne !

Et vlan. Voilà qui est pris qui croyait prendre.

La discussion s’est poursuivie. Je vous raconte la suite un peu plus tard. Je suis au boulot et je dois travailler !


À suivre….

07 décembre, 2008

Quand trop c'est trop

Cela fait des semaines que nous répétons à Grincheux :

Non, il n’est pas question que nous t’achetions des cartes de Pokémon, ni des Bakougan, 3 semaines avant Noël. Attends Noël, attends de voir ce que tu recevras, après, si tu n’es pas comblé, tu pourras prendre tes sous et t’acheter des cartes de Pokémon ou un Bakougan.

Cela fait trois semaines que Grincheux nous répète que l’on n’est pas gentil et que 3semaines, c’est encore loin.

Compagnon et moi tenons notre bout. Nous lui expliquons qu’il ne manque de rien. Que des cartes il en a un cartable plein. Que des Bakougan, il en a déjà. Qu’il y des gens beaucoup moins chanceux que lui et qu’eux, ce ne sont pas des jouets qu’ils souhaitent le plus pour Noël, mais de la nourriture.

Le message semblait passer, faire son chemin. Petit à petit.

Puis Grincheux a passé le week-end chez ses grands-parents….

Devinez avec quoi il est revenu?

Exactement. Des Bakougan.

…..

Maintenant, quel genre de conséquence doit-on lui donner?

Les grands-parents étaient au courant des demandes incessantes de Grincheux. Grincheux savait qu’il était hors de questions d’acheter des jouets, juste avant les Fêtes.

Je ne peux en vouloir aux grands-parents.

Pouvons-nous lui demander de ranger ces Bakougan jusqu’à Noël?

Devrions-nous lui demander d’offrir ces Bakougan à un enfant qui ne peut se permettre de s’en acheter un cinquième, un sixième?

Ou bien sommes-nous trop à cheval sur nos principes?

J’aimerais bien votre point de vue!

03 décembre, 2008

Elle est arrivée

Ça y’est. Elle est arrivée chez nous.

Je ne sais trop par où elle est entrée, ni quand, mais j’ai une bonne idée du comment.

Elle a eu raison de deux d’entre nous. Il lui reste trois victimes qui attendent leur heure fatidique.

Vous voyez de qui je parle?

L’ennemi des familles avec jeunes enfants : la gastro!

Ça pas rap!

Grincheux porte très bien son surnom à l’heure des devoirs et leçons.

Cette semaine, il devait faire une lecture sur la Nouvelle-France. Pour un enfant de 8 ans, la réalité telle qu’elle était, il a 400-500 ans, est assez difficile à concevoir, je l’admets.

Tout de même, il faut bien commencer quelque part si l’on veut en faire des êtes conscients d’où ils viennent et où ils s’en vont.

Donc, déjà pas chaud à l’idée de devoir s’installer à table pour une bonne demi-heure à réfléchir et à faire des efforts (!), il a fait le commentaire suivant en voyant le thème de sa lecture :

Ha….. Moi là, j’aimerais bien mieux lire quelque chose qui ai rapport avec ma vie!

Wow, légitime comme remarque mais quand même fort pour un ti-gars de 8 ans!

J’imagine déjà les thèmes :

Les karmâdors ont enfin mit la main sur le grashmal suprême!

La pizza aux pepperonis rend très intelligent.

Trois trucs infaillibles pour faire faire ses devoirs par sa petite sœur.

Comment mettre la main subtilement sur les bonbons d’halloween qui restent à son petit frère ?

Afin de lui montrer que je suis peut-être intransigeante en ce qui concerne les devoirs mais tout de même ouverte d’esprit, je lui demande :

Ah oui! Et de quoi tu aimerais que ça parle?

Et Grincheux de répondre :
Des divisions.

OK. Il me faut un livre sur la psychologie 101 des ti-gars de 8 ans!

28 novembre, 2008

Grincheux se questionne sur ses ancêtres

Grincheux : Papa, c’est qui mes ancêtres?

Papa : Et bien, ce sont tes grands-parents, les parents de tes grands-parents et ainsi de suite.

Grincheux : Ha, comme dans la chanson de Mes Aïeux?

Papa : C’est exactement ça!!!

….Grincheux à nouveau : Pis Jésus lui, c’est qui ses ancêtres?

Tiens, voilà une très bonne question à poser à ton prof d’éthique et culture des religions, me suis-je dit!

Voyant que Compagnon était un peu pris au dépourvu, je me suis rabattue sur la vérité pour nous sortir de là!

Maman : Et bien, c’était son papa, Joseph et sa maman Marie.

Voilà, je jette un coup d’œil rapide à Compagnon, coup d’œil qui voulait dire : ok. Je pense qu’on est sauf!

Mais c’était sous-estimer le pouvoir de raisonnement et le besoin de faire du sens d’un enfant de 8 ans!

Et Grincheux de rajouter : Marie-Josée?
Que dire de plus?

26 novembre, 2008

Des mots qui frappent

Je viens de terminer la lecture du dernier billet de Marie wannabe Md. Elle nous y raconte une discussion qu’elle a eut avec son superviseur : comment annonce t-on à une famille une très mauvaise nouvelle. Doit-on aller droit au but? S’en tenir au fait? Embellir la vérité, est-ce un manque d’éthique?

Ce billet m’a grandement touché. Il est venu réveiller en moi des émotions qui pour la plupart du temps se font discrètes mais qui parfois, dans des moments comme ceux-là, reprennent toute l’ampleur qu’elles ont déjà eut.

Je m’explique.

Une semaine avant la naissance de Proffe, mon docteur avait suggéré de faire une dernier écographie afin d’évaluer le poids de cette petite poulette à venir. C’était donc heureux et choyés que Compagnon et moi nous nous rendions à l’écographie. Quelle chance nous avions de pouvoir voir la binette de notre petite quelques jours avant sa naissance!

Et c’est là que la nouvelle nous est tombée dessus.

Votre enfant a une grave malformation cardiaque.

Ce fut le début de l’onde de choc.

Lorsque l’on t’annonce une pareille chose, les mots qui précédent ou qui suivent le malheur annoncé ne compte pour rien. Ils deviennent inexistants. Ils n’ont aucun effet sur notre état.
Écrasé au début, nous devenons, petit à petit engourdi, incapable de nous relever. Ces mots, nous jettent à terre et il n’y a que le temps qui nous peut nous aider à nous relever.

On se relève peut-être mais l’empreinte de ces mots restent, j’en ai bien peur, pour bien longtemps.

25 novembre, 2008

Chez Jules

Cela fait déjà un petit moment que je suis tombée sous le charme des capsules vidéos Chez Jules.


Si vous ne connaissez pas déjà, allez y vite faire un tour. Si vous êtes comme moi, vous deviendrez accros à ces capsules hebdomadaires où se côtoient Janine Sutto, Maude Guérin, Anne Dorval, Catherine de Léan et Jessica Barker.

C'est chaud, c'est fluo, c'est parfois surréaliste, mais ça part toujours d'un fond de vérité.

Et pour vous tentez un peu, voici un extrait de la capsule la plus récente "F*** la critique"


Vous m'en donnerez des nouvelles!


24 novembre, 2008

Un morceau de fardoche!

Il y a chez nous un petit garçon qui aime BEAUCOUP les tracteurs!

Et quelle chance pour lui! Il y a quelques jours, ce petit bonhomme est tombé sur l’extrait de Passe-Partout où l’on nous présente la ferme de Fardoche. Et chez Fardoche… il y a bien sûr… un tracteur rouge!

Et bien depuis, Joyeux semble obnubilé par cet extrait. Il le réécoute en boucle.

…Poussent poussent poussent les bons bons légumes…..

Si bien qu’il sait maintenant ce qu’il demandera au Père noël .

….Miam miam miam, j’ai hâte d’en manger…

Un morceau de Fardoche!!!

Oui, vous avez bien lu : un morceau de Fardoche! Reste à préciser lequel! La moustache, la chemise à carreaux, le tracteur?

… à suivre!

18 novembre, 2008

Quessé ça donne?

Il y a des jours où, je laisserais tout cela là, que je paquetterais mes p’tits et mes claques comme on dit, pis que je déménagerais en campagne. Là, je ferais pousser des beaux et bons légumes, j’aurais des chèvres, des lapins et un âne.



J’entends Meilleure Amie : ha non, pas encore!

Et ben oui! Des fois, y’en a marre!

Y’en a marre de me donner à fond au travail pour en retirer quoi? Une certaine appréciation professionnelle de la part de ma superviseure? La pression constante de devoir faire mes preuves? Toujours être à recherche de nouveaux défis, d’une façon de se surpasser?

Et pourquoi? Quessé ça donne tout ça? Je vous le demande?

13 novembre, 2008

Recherché: petit tracteur rouge



Aux petites heures du matin -où était-ce encore la nuit? – une petite voix venue du bout du corridor m’appelait en douceur:

Maman, maman, maman.

Pas très heureuse de devoir me lever en pleine nuit - soyons honnête quand même! - je me suis tout de même dirigée vers l’âme en détresse qui me réclamait.


Sur le seuil de sa porte, tenant dans une main sa doudou, sa vache et dans l’autre son éléphant et son canard, Joyeux, les yeux mi-ouverts, me dit d’une voix endormie :

Maman, yé où mon tracteur ouge? Moi y trouve pas mon tracteur ouge!

Mon premier réflexe fut :

Mais mon chéri, entre toi et moi, on s’en fout un peu du tracteur rouge à cette heure de la nuit.

Puis, je me suis rappelée une entrevue de Bruno Blanchet , entendue récemment à Radio-Canada, où il tentait d’expliquer le vide qu’un parent ressent et vit lorsque son enfant quitte la maison. Entre autre, c’est ce qui l’aurait poussé à tout quitter ici pour voyager autour du monde.

Et je me suis ravisée!

J’ai regardé mon petit et je me suis dit : bondieu qu’ils peuvent être mignons et adorables nos petits… même à 2heures du matin!

Et le tracteur rouge, vous vous demandez?

Et bien il était introuvable... à 2 heures du matin! Disparu mystérieusement de sur le dessus de la commode.

Ce n’est qu’au matin - le vrai matin soit à 6 heures! - que nous l’avons retrouvé !

Il était dans la salle de bain, tout juste à côté de la brosse à dent de Joyeux!

10 novembre, 2008

Médecin, concours et lavettes!

Je n’ai peut-être pas de médecin de famille, mais combien peuvent se vanter d’avoir des lavettes tricotées à la main par une médecin?

Afin de souligner le 3ième anniversaire de son excellent et très divertissant blogue, Marie wannabe MD a effectué un tirage.

Le prix? Des lavettes tricotées à la main par Marie. Cela allait de soit, Marie étant accro au tricot.

Si je vous parle de cela aujourd’hui, ce n’est pas pour me vanter d’avoir gagner (!) mais plutôt pour vous faire découvrir ce blogue, si ce n’est déjà fait, d’une médecin en devenir.

Si le style vous plaît, ne maquez pas son explication, dessins à l’appui, du fameux toucher r*****, examen qui donne la chair de poule aux hommes. Hilarant!

Bonne découverte!

06 novembre, 2008

Bravo ma poulette. Comme tu es belle.

En tant que parent, un de nos rôles premiers, est d’accompagner notre enfant dans son développement.

Pendant plusieurs années, nous travaillons ardemment afin qu’il acquière son autonomie.

Que ce soit lorsque, encore tout-petit, il s’agrippe à nos doigts dans l’espoir de faire ses premiers pas seul.

Que ce soit lorsque assis ensemble, devant un livre, on l’encourage à répéter le nom des animaux.
VA - CHE
CHE – VAL
POU- LE

Quand arrive la première année, on l’accompagne dans son apprentissage de la lecture.
Ma Me Mi Mo Mu

Puis, un jour, alors que nous sommes occupés à faire autre chose, la vaisselle, plier le linge, organiser notre journée du lendemain, un bruit nous parvient du salon.

Avec empressement, on s’y rend et on découvre qu’il est capable de ceci:



Et pourtant… Je ne sais n’y jouer d’un instrument ni lire la musique. Et pourtant…

Mon enfant en est capable, seule sans mon aide.

Je la regarde et je suis émue de la voir faire quelque chose que moi je ne sois pas capable.

Ce doit être ça être fier de son enfant.

Bravo ma poulette. Comme tu es belle.

05 novembre, 2008

être pro-active ou avoir du culot?

Quand tu te présentes dans le bureau de ta patronne afin de lui présenter la description de tâches du poste que tu souhaiterais occuper dans l’organisation (poste qui n’existe pas mais qui correspond à tes ambitions) est-ce être pro-active ou avoir du culot?

Il a gagné ses épaulettes!

Les résultats des élections américaines se font sentir jusque chez nous. Ce matin, dans le bus, on sentait les gens plus légers.

Au travail, les collègues se sont rassembler dans la cuisine, discutant avec enthousiasme, de la victoire de Barack. On sourit, on rit et on se donne une tape sur l’épaule.

Ce ne sont pas que les démocrates qui ont gagné leurs élections, mais plutôt la planète entière qui a gagné!

04 novembre, 2008

Parce que parfois, il faut le voir pour le croire!

Recevez-vous à la maison un journal local?

Du genre La Revue?

Et bien, là où nous habitons, nous avons la chance d’en recevoir quelques-uns uns à chaque semaine. Et chaque fois, je me fais un devoir d’en lire un en particulier.

Ha…Je pourrais dire que cela me permet de me tenir au courant des actualités locales, mais en fait, la vraie raison est tout autre!

C’est qu’il y a un « journaliste » au style assez divertissant qui écrit dans ce journal. Disons, que son écriture est imagée et ma foi, pas toujours politically correct!

Ce qui fait que parfois ses histoires peuvent être assez bidonnantes même si au départ, le gars avait les meilleures intentions au monde.

Chaque fois que ce journal arrive, Meilleure Amie et moi nous nous pressons de lire sa chronique. Puis, on se téléphone pour partager les meilleurs bouts.

En cette journée où l’actualité revêt une importance majeure avec les élections américaines, j’ai pensé partager avec vous, un autre type d’actualité, soit l’actualité locale à son meilleure!

Voici donc, pour vous, quelques extraits du dernier papier en question :

Les secrets de mon métier – Éboueur

-On les considère marginaux et sales, on perd patience quand leur camion nous empêche de passer, on leur impose n’importe quelle sorte de déchets, on pense qu’ils gagnent des salaires de fou…

-…Les éboueurs n’ont pas nécessairement une vie d’ange (quand je disais qu’il faisait dans l’imagé!)…

-À ses côtés, Ti-Pat, du haut de se 25 ans, boit déjà. Pas de l’alcool, du café, du jus, des suppléments énergétiques, ect (Hum… faudrait faire attention à la syntaxe!) Pas question d’être déshydraté! En cinq heures, le sympathique gaillard boira trois litres et brûlera 1000 calories. De quoi faire rougir n’importe quel athlète ! Car Ti-Pat ne chôme pas…

-Il avoue que sa besogne le rend heureux, car il n’a pas besoin de beaucoup de scolarité et qu’il fait de l’exercice en masse!

-Il est 6h30 du matin et nous roulons sur l’autoroute 50, café à la main. Si ça brasse dans un autobus scolaire, dans un camion à vidange ça saute! Alors oubliez le café. (heu… buvez-vous un café ou non?) …Nos conversations sautent du coq à l’âne (jeu de mots je crois!).

-… L’ingrat boulot d’un éboueur n’est pas celui d’un pousseux de crayon (comme je disais…politically correct…)! Noble, bourré de volonté, souriant, ironique, éclairé (tiens des qualitatifs à ajouter à son cv!), l’éboueur n’a peut-être pas une vie d’ange à nos yeux (hum… nous cache t-on quelque chose au sujet des éboueurs?!), mais lui sait que son travail nous rend heureux.

Vous voyez le genre maintenant? Est-ce que cela vous donnera envie de jeter un coup d’œil à votre journal local lorsqu’il atterrira sur votre perron? Vous devriez! Qui sait les découvertes que vous y ferrez!

Comme la version web de cet article est accompagnée d’une vidéo de « Ti-Pat le Loader – gars en arrière du truck Bertrand » (sic) et de « Mario Le Driver Fortin » (sic), j’ai pensé vous laisser le lien :

http://www.info07.com/article-266313-Si-on-disparait-une-mechante-gang-va-chialer-Mario-Fortin-eboueur.html

Parce que parfois, il faut le voir pour le croire!

03 novembre, 2008

Pousse, pousse ton pied dans ta botte! - suite par La Mère Michèle

Mère Michèle a soulevé un bon point suite à Pousse, pousse ton pied dans ta botte: le calvaire ne se termine pas à 8 ans! Et non! C'était sous-estimé qu'à l'adolescence ont devient, au grand désespoir de ses parents, comme tsé veut dire, tolérant au froid!

Je reprends donc ici, le billet posté chez La Mère Michèle au sujet des ados et de l'hiver. Bonne lecture!

Adolescence devrait être une science - ou la complainte d'une mère dépassée par l'un des grands mystères de la vie

Une science ou une technologie, avec son mode d'emploi, ses notices, ses compendiums, ses dictionnaires spécialisés.

Nous serions ainsi mieux équipés pour faire face à toutes les manifestations, mener à bien chaque expérience!

Suite à la complainte de Mi-trentaine avec "pousse, pousse ton pied dans la botte", je me suis faite cette réflexion.

Car logiquement, à force de répéter tous ces processus, un conditionnement quelconque aurait dû s'installer au fil des ans. Mystère à explorer, frontières à repousser, phénomène à étudier: il se trouve que c'est l'inverse! Au fil des anniversaires, les enfants désapprennent à s'habiller.

Si l'on reprend à la fin du billet pousse-pousse, on constate que l'enfant d'environ 8 ans enfile ses mitaines avant d'attacher son manteau, ce qui est le début des manifestations problématiques. L'étape suivante: mettre les mitaines dans sa poche au lieu de les mettre dans ses menottes. Et, en douce, retirer le bandeau ou la tuque pour les camoufler également dans les poches, devenues ventrues. Et ça c'est quand il ne clame pas tout bonnement avoir perdu ses choses, ce qui le sert encore mieux.

Apparaît ensuite progressivement le déni chez l'enfant, preuve ultime de son évolution vers la pré-adolescence: "y fait même po frette man!" Phrase meurtrière au coeur de la mère qui sait que son combat vient véritablement de commencer.

En effet, à mesure que l'enfant s'approche de l'état d'a-d-o, il prend de l'assurance. Un bon matin vous le voyez partir en douce avec le manteau ouvert, sans protection au cou. Dans un effort désespéré vous lui criez de revenir, mais l'univers conspire alors contre vous en sa faveur: le bus va bientôt passer !!! Puis c'est le tour des souliers qui viennent subrepticement remplacer les bottes, même par grands froids. C'est en apercevant avec stupéfaction les bottes d'hiver laissées pour mortes dans un coin sombre de l'entrée que la révélation vous frappe. Il ou elle se promène quelque part les pieds froids ou mouillés. De plus, il ou elle trouve son manteau d'hiver tout à fait horrible et menace constamment de l'oublier comme par hasard afin de le perdre à tout jamais, délivré croît-il naïvement, de l'obligation de se vêtir chaudement.

Vous punissez, vous menacez, vous envisagez de vous transformer en "bouncer" le matin, dans le cadre de porte. Rien y fera. Tout est désappris. Tous vos efforts concentrés avec amour et persévérance sur l'acte de s'habiller convenablement!

Vous repensez alors aux sueurs que vous aviez alors que vous vous acharniez sur votre bambin de deux ans (pousse, pousse, ton pied est-il au fond?). Vous vous rappelez la patience dont vous deviez faire preuve alors que votre jeune prenait un quart d'heure pour se vêtir, à la maternelle. Vous aviez cru alors travailler dans le bon sens. Vous aviez cru comprendre, être dans le coup, vous aviez même envisagé de gagner cette bataille de l'autonomie.

Je ne suis pas là pour vous décourager.
Mais non, ça ne passera pas!
Vous ne serez jamais moralement libérés avant que votre petit trésors ait atteint l'age de se marier sans votre consentement.
Il faut vous y faire tout de suite, surtout si vos enfants sont encore jeunes.
Autrement, la désillusion sera plus que cruelle.
Et vous ne pouvez abandonner. Il y va de votre devoir, de toute façon.

Il me reste l'hypnose sur adolescente têtue. Vous croyez que ça pourrait fonctionner?

30 octobre, 2008

Pousse, pousse ton pied dans ta botte!

Si vous avez de jeunes enfants, et que vous habitez le Québec, vous aussi, vous venez de retrouver la joie des habits de neige.

Ha… les habits de neige.

Ha… enfiler un habit de neige…. et tout ce qui vient avec!

Quand l’enfant est tout petit, on essaie tant bien que mal de le rentrer dans cette poche qui, au lieu de l’envelopper, semble l’avaler. Les bras sont trop courts pour rester dans les manches, les petites jambes gigotent tellement qu’il est quasi impossible de les garder à l’intérieur suffisamment longtemps pour enfin glisser la fermeture et ferme le tout!

Lorsque le petit est devenu bambin et qu’il est assez solide pour se tenir debout, c’est un autre défi qui attend le parent.

Pousse, pousse ton pied dans la botte.

Mais en vain, seulement le bout du pied rentre dans la botte, laissant le talon suspendu.

Est-ce que ton pied est rentré dans ta botte?

Pousse, pousse ton pied jusqu’au fond!

Par le temps qu’on y arrive, que le petit (ou les petits) est habillé, de la tête au pied, nous voilà, nous, en sueur!

Et quand ils sont plus grands, assez grand pour s’habiller seul? Sommes-nous enfin délivrés de cette torture? Pas tout à fait.

Wô minute! Trop tôt pour crier victoire!

Comment se fait-il qu’un enfant qui en est à son sixième, septième voir huitième hivers ne se rappelle plus de l’ordre dans lequel il doit enfiler ses vêtements de neige? Pourtant, l’hiver dernier, il avait très bien compris, que les mitaines, elles ,’enfilent à un moment bien stratégique de l’habillement, soit à la toute FIN!

T’as pas mit tes bottes? Tu ne mets pas des mitaines alors. T’as pas attaché ton manteau? Ce n’est pas le temps de mettre tes mitaines alors!

Avec trois enfants: un de 8 ans, une de 5 ans et un petit de 3 ans, j’estime avoir habillé l’équivalent de 16 hivers/personnes dans les dernières années. C’est quasi la moitié de ma vie!


Ce billet n’a pas pour but de vous décourager face à saison qui est à nos portes!

C’est simplement un petit moment de faiblesse. Ça passera.

Allez..pousse, pousse!

28 octobre, 2008

Enfin, le Ministère dévoile ce que les élèves doivent apprendre

Dans La Presse d’aujourd’hui, on y lit le titre suivant : Enfin, le Ministère dévoile ce que les élèves doivent apprendre

Huit ans après le début de la réforme, le ministère de l'Éducation indique enfin "«ce que les élèves doivent apprendre chaque année».


Si vous avez des enfants qui fréquentent l'école Québécoise et que depuis la Réforme scolaire vous manquez de repères, n'hésitez pas alors à consulter le document récemment poster sur le site web du ministère de l'Éducation (du vrai nom: Éducation, Loisir et Sport Québec- ça peut ben être flou tout ça!).

Nommé: Progression des apprentissages en français - Enseignement primaire, on y liste, cycle par cycle, les connaissances qu'acquéront les élèves, en français, au cours du primaire.

Et il n'est pas question ici de situations d'apprentissage, d'actualiser son potentiel ou même de pratiquer le dialogue mais bien de notions concrètes tels les verbes au présent de l'indicatif, au passé composé, les verbes terminant en er.

Bonne lecture!

Petites devinettes, saveur Halloween




Grincheux est arrivé hier avec une liste de petites devinettes, saveur Halloween.

Je me suis dit que vous aimeriez peut-être poser quelques petites colles à vos sorcières et pirates et du même coup, rirent avec eux!

Alors, rien que pour vous, voici les meilleures!

Quel est le plat préféré des vampires ?
- Des croque-monsieurs!

Quel sont les bateaux préférés des vampires ?
- Les vaisseaux sanguins!

Et que dit un vampire en quittant sa victime ?
- Merci beau coup!

27 octobre, 2008

1-800-Maman

Parfois, quand les demandes fusent de tous bords, de tous côtés, et que je peine à y répondre, je me sens comme dans un bureau de services à la clientèle… en pleine crise!

Hen?

Démonstration!

Dring, Dring!

Oui bonjour. Vous avez bien rejoins le 1-800- maman peut réparer les DVD. Comment puis-je vous aider?

Mammmman! J’ai mis le CD de Passe-Partout dans le DVD, j’ai pesé sur tous les boutons que papa m’a montrés, mais le disque ne veut pas jouer.


Dring, Dring!

Oui bonjour. Vous avez bien rejoins le 1-800 – maman peut réparer un genou écorché. Comment puis-je vous aider?

Mammmman! Je faisais de la bicyclette, pis là Grincheux a lancé son ballon sur moi, pis là je suis tombée, pis là je me suis fait mal au genou!



Dring, Dring!

Oui bonjour. Vous avez bien rejoins le 1-800 – maman peut détourner l’attention du plus petit afin de rétablir la paix. Comment puis-je vous aider?

Mammman! Joyeux a pris le crayon brun. C’est moi qui en a besoin. C’est moi qui a décidé en premier de dessiner le chat en brun. Pis là, mon dessin ne sera même pas beau si le chat n’est pas brun!



Dring, Dring!

Oui bonjour. Vous avez bien rejoins le 1-800 – maman peut se mettre le bras jusqu’au coude dans la toilette afin d’aller récupérer un objet qui n’a pas d’affaire là. Comment puis-je vous aider?

Mammmman! Joyeux a échappé ses clés et son porte clés dans la toilette quand il faisait son caca.


Dring, Dring!

Vous voyez le genre?

Je considère grandement mettre en place en nouveau numéro pour cette clientèle exigeante : le 1-866- Papa.

Mais comme pour tous nouveaux produits et services, faudra d’abord que je mette en place une campagne de publicité du tonnerre pour que ce nouveau numéro soit réellement efficace et utilisé!

Jack la Lanterne t'a laissé un message!

Hier soir, grincheux parlait au téléphone avec son grand-papa.

En voici un extrait :

Grincheux, sur un ton excité : Grand-papa, as-tu hâte à vendredi ? … Ben oui, vendredi! C’est l’halloween vendredi! On passe l’halloween grand-papa!!!

Puis, Grincheux sur un ton inquiet : Grand-papa…. est-ce qu’il y quelqu’un qui va nous appeler pour nous dire que c’est annulé si jamais il pleut vendredi?

Qui ça, va nous appeler? Jack la Lanterne? La sorcière? Frankenstein?

23 octobre, 2008

To think outside of the box - comme qu'ils diraient

Dans la vie,il y a des gens qui sont vraiment créatifs. Ce sont des champions du "Think outside of the box".

C'est gens, je les admire. Je les envi même. Ils ont cette capacité à réinventer la roue. Ils savent nous surprendre et nous captiver avec leurs idées, leurs concepts nouveaux.

Ce qui m'impressionne le plus toutefois, c'est lorsqu'ils arrivent à nous présenter un truc bien connu, mais sous un autre angle.

En voici un bon exemple et qui nous concerne! Une équipe américaine, Common Craft, a créée une animation qui explique ce qu'est un blogue, à quoi ça sert et les possibilités que ça offre.

Blogueurs que nous sommes, nous n'y apprenons rien de nouveau, sauf que l'approche utilisée par cette équipe est si ingénieuse et simple en même temps, qu'elle saura capter votre attention jusqu'à la fin de l'explication.

Bon, assez parler, place à la création!

21 octobre, 2008

Les enfants et les tâches

Sur le blogue de La mère blogue, tenu par deux journalistes de La Presse, soit Silvia Galipeau et Isabelle Audet, vous trouverez aujourd'hui une liste des tâches que peut accomplir un enfant en fonction de son âge.

J'ai consulté la liste.... et je me suis dit:
Ouais, génial, enfin quelque chose qui pourra m'aider, me guider dans la distribution des tâches à la maison!

Car ce n’est pas tout que de donner une tâche à un enfant; encore faut-il que cela soit VRAIMENT UTILE (!) et qu’en bout de ligne, cela ne devienne pas une double tâche pour nous, l’adulte, personne responsable et efficace que nous sommes!

Exemple?
C'est bien beau de demander à un enfant de ranger ses vêtements dans ses tiroirs, mais encore faut-il qu’il le fasse d’une façon, un tantinet, ordonnée. Sinon, en quoi nous sommes-nous rendus service si le lendemain matin, dans la course folle, il nous est impossible de trouver deux bas pareils, ou même semblables à la limite!


Bon, alors, que dit cette liste ? À noter: cette liste n’a pas été dressée pas les auteurs du blogue mais provient d’un livre paru récemment et qui s’intitule: Mon enfant, je l'aime et je le comprends aux éditions Transcontinental.

Un enfant de 3 ans, devrait être capable de mettre le couvert.
Je ne sais pas c’est comment chez vous, mais s’il fallait que je demande à Joyeux de mettre le couvert… hum… ou bien on devrait accepter de manger notre repas à l’aide d’une louche, d’une passoire et d’une cuillère en bois, ou bien il faudrait que je m’y prenne une bonne demi-heure avant l’heure du repas afin que l’on puisse en arrive à un consensus. Très efficace!


Un enfant de 4 ans, peut participer au rangement des aliments acheter à l’épicerie.
Bien sûr, surtout si vous avez l’après-midi de libre ou que vous vous cherchez un alibi pour ne pas aller chez votre dentiste, votre esthéticienne, name it! Et que dire des aliments qui auront malencontreusement été rangés au mauvais endroit? Cela vous fera de belles surprises dans les jours à venir!

Allez, je vous laisse découvrir cette liste. Mais attention, il ne faut pas croire tout ce qui est écrit dans un livre!

16 octobre, 2008

Qu'est-ce qu'il y a de mal avec les pizzas pocket?

Au fil de mes promenades sur le web, j’ai découvert un blogue de mamans que vous connaissez déjà peut-être ; c’est celui des Z(Imparfaites).

Wow! Rafraîchissant! Courez-y vite y jeter un coup d’œil si ce n’est pas déjà fait!

Vous y trouverez votre compte si , comme les Z(Imparfaites)…

Vous ne vous vous sentez pas coupable d’avoir laissé le petit partir à l’école avec une pizza pochette dans son sac à lunch;

Vous trouvez que le discours sur l’allaitement manque de nuance;

Qu’en effet, tous les bébés ne sont pas beaux;

Pourquoi s’étreiner à nettoyer le jardin à l’automne alors que tout repoussera au printemps?

Moi, j’y ai trouvé mon compte et un salut! Grâce aux filles des Z(Imparfaites), je suis prête à assumer ouvertement mon côté moins mère parfaite!!!

Bonne lecture!

Une nouvelle vie pour une brosse à dents

Lorsque tu surprends ton petit bonhomme de quasi 3 ans en train de jouer avec ta brosse à dents dans la salle de bain, as-tu vraiment envi de te brosser les dents à nouveau avec la dite brosse à dents?!!!

15 octobre, 2008

Quelque part, dans un champ de citrouilles

Voici une photo prise dans notre champ de citrouilles préféré.




L’automne est ma saison préférée. Je trouve qu’avec ses couleurs chaudes, sa lumière vive et la chaleur du soleil qui se fait douce sur notre visage, l’automne est une saison très zen.

J’adore balader avec les enfants en forêt, porter par le parfum des feuilles et de la terre humide.

Quand on est chanceux, on peut même jouer une dernière fois dans les eaux de notre lac préféré, tel un sursis avant de longs mois d’attente.

Et comme beaucoup de familles avec de jeunes enfants, nous sommes allés aux citrouilles ce week-end.

Assis dans la charrette tirée par le tracteur qui nous menait au champ de citrouille, j’ai demandé à Compagnon :

Que ferons-nous lorsque les enfants seront plus grands et qu’ils ne voudront plus venir aux citrouilles?

Et bien, on viendra pareil!

Yes sir!

Et tant qu’a y être, pourquoi ne pas jouer dans le champs de maïs, alors que le tracteur se fait attendre!





Je nous souhaite à tous, encore tout plein de belles journées d'automne!

14 octobre, 2008

Une journée folle!

Je suis mère de famille. J’ai trois bouts d’choux. Je travaille également à temps plein à l’extérieur de la maison. D’où le nom de ce blogue : ….. et les mains pleines.

Et aujourd’hui, croyez-moi, les mains, elles sont plus que pleines et j’en prendrais même quelques-unes une de plus!

Je m’arrange habituellement très bien avec tout cela, mais aujourd’hui, disons que l’équilibre sera difficile à atteindre!

Sur ma To Do List d’aujourd’hui :

Déposer Grincheux à l’école. Puis, déposer Proffe à son école. Oui, deux écoles différentes.

Puis, déposer Joyeux à sa nouvelle garderie. Depuis les derniers mois, Joyeux et grand-papa avaient le bonheur de passer leurs journées ensemble; à prendre l’autobus pour aller en ville comme dit mon père. Mais maintenant, Joyeux recommence la garderie. Je connais un grand-papa et un petit garçon qui penseront beaucoup un à l’autre aujourd’hui. Snif!

Mais là, je tergiverse! Retournons à nos moutons! Où étais-je rendue?

Ha oui, par la suite, il me faut me rendre au boulot! Donc, laisser la voiture au stationnement incitatif puis prendre le bus.

Rendu à ce point-ci, j’ai un répit! Je peux me concentrer sur un seul truc et rester au même endroit pour quelques heures.

16hres arrive. Allez hop, on recommence!

Se rendre au stationnement incitatif afin de récupérer la voiture. Passer au point de chute prendre nos légumes et ceux de grand-papa. Proffe espère bien que le fermier aura mis dans nos paniers cette semaine des carottes. Quant à Joyeux, aussitôt arrivé à la maison, il fouillera dans le sac afin de trouver une belle tomate dans laquelle il pourra y mettre des dents!

Parfait, les légumes sont dans le coffre de la voiture. Se diriger vers la garderie de Joyeux. Ensuite, passer prendre Grincheux à son école, puis Proffe à la sienne. (ce qui implique de sortir, détacher puis rattacher tout ce beau monde à chaque arrêt!).

O.k., j’y suis presque! Passer chez Grand-papa, afin de lui donner ses légumes.

Arriver à la maison. Compagnon nous attend avec un beau et bon souper tout prêt!!!

Devoirs, leçons puis c’est déjà l’heure de repartir. Ce soir, nous avons une réunion afin de débuter les préparatifs pour le prochain 24 heures de sciences qui aura lieu en mai.

Voilà!

Je crois n’avoir rien oublié. Et j’espère surtout de n’avoir oublié personne en chemin!!!!

Il y a des journées comme ça; encore plus remplies qu’un Future Shop le 26 décembre!


J’écris ces lignes et j’y pense : c’est jour de vote aujourd’hui. Zut! Il faudra donc aujourd’hui qu’en plus de la mère, l’employée, la bénévole que je suis, ait également du temps pour que la citoyenne en moi puisse aller faire son devoir!


Au secours!



Changement de sujet! Mère Michèle, je n'ai pas oublié nos défis/objectifs pour cette saison. Nous sommes allés aux citrouilles 2 fois ce week-end!!! Je partage tout cela avec vous demain!

Bonne journée à vous toutes!

10 octobre, 2008


Le jeudi soir, Meilleure amie et faisons du spinning. Vendredi matin, Meilleure amie et moi avons très mal au fessier!!!

Connaissez-vous le spinning? C’est un entraînement sur bicyclette stationnaire où l’entraîneur essaie de te faire à croire que tu es au grand air, en train de gravir les plus hauts sommets de la région alors qu’en réalité, tu es enfermée dans une salle de conditionnement, face à un miroir qui te regarde tout le temps!

Je pédale, tu essaies de pédaler, elle ne pédale plus trop trop, nous pédalons depuis 40 minutes, vous pédalez à bout de souffle, elles pédaleront à nouveau la semaine prochaine!

Si vous avez besoin d’une méthode forte pour vous remettre en forme, n’hésitez pas, le spinning, c’est ce qu’il vous faut.

Ouille, ouille, ouille!

09 octobre, 2008

Voici un extrait d'un courriel reçu ce matin au travail:

....La Loi électorale du Canada prévoit que les employés qui sont habiles à voter doivent disposer de trois (3) heures consécutives pour aller voter durant les heures d'ouverture des bureaux de scrutin.

Ma question: et pour ceux qui ne sont pas habiles à voter.... de combien de temps doivent-ils disposer pour aller voter?

heu... j'le met où mon petit papier?

07 octobre, 2008

Google a mis en place un concours hors de l'ordinaire, nommé Projet 10 1000.

Partant de la prémisse suivante : la seule chose qui puisse rende les gens heureux est d'aider les autres, Google nous invite à soumettre nos suggestions à la question suivante : comment venir en aide aux autres ? Et comment offrir l'aide la plus utile ?

Nous avons jusqu’au 20 octobre prochain pour leur faire parvenir nos idées, nos suggestions. Après quoi, Google s’engage à financer le lancement des idées choisies, quelles qu'elles soit.






C’est ti pas beau ça?

Certes, il y a déjà des centaines, voir des milliers d’ONG, d’organismes communautaires, de PME, de laboratoires et d’universités qui réfléchissent et se penchent sur cette question.

Alors que vaut une idée soumise par un simple citoyen? Peu importe, je crois que l’exercice en vaut la peine. Notre idée ne sera peut-être pas retenue par Google mais qu’est-ce qui nous empêche de la mettre en place dans notre famille, notre entourage voir notre communauté? L’ampleur de notre initiative ne sera pas la même que celles choisies mais le résultat, lui, sera le même: soit d’aider les autres.

Allez, on prend quelques minutes et on réfléchi à tout cela!

06 octobre, 2008

Tu sais que le week-end avec les enfants, ou devrais-je dire à cause des enfants(!), a été trop intense quand :

-Tout au long du week-end, tu as mangé du chocolat… beaucoup de chocolat;

-Tu proposes d’aller souper au Mc Do en espérant que régneront paix et harmonie pour un moment;

-Tu serais prête à changer l’heure de toutes les horloges de la maison dimanche afin que 20hres arrive plutôt… beaucoup plutôt. Vive le soleil qui se couche à 19hres!

-Arrivée au bureau lundi matin, une envi soudaine te prend : tourner la photo de tes enfants afin de ne pas voir leurs binettes avant que ne sonne midi!

03 octobre, 2008

J’aime être celle qui a la tâche (!) de reconduire les enfants à l’école le matin puis de les ramener à la maison le soir. Quand le climat s’y prête, lire lorsque les enfants ne se s’obstinent pas, j’ai droit à de belles conversations.

J’adore ces moments en voiture avec les enfants. Ils me permettent de voir comment ils perçoivent et comprendre le monde qui les entoure.

Et ce matin, le sujet : la génétique. En fait, pour moi, c’est de la génétique, mais pour eux c’est comprendre d’où ils viennent, pourquoi ils sont comme ils sont.

Et c’est Grincheux (qui d’ailleurs porte très bien son surnom ces temps-ci!) qui a partit le bal :

Grincheux : Maman, est-ce c’est juste moi qui a les pieds plats dans la famille?

Maman : Heu non, je pense que papa aussi.

Je m’empresse de féliciter Grincheux pour sa question.

Étant éducateur dans un musée scientifique, j’adore les enfants qui sont curieux, qui pose des questions qui paraissent toutes simples à première vue mais qui nous permettent de lever le voile sur certaines notions avec eux.

Je leur explique alors que nos gènes, c’est à dire notre recette personnelle, est faite d’ingrédients qui nous viennent de nos parents, de nos grands-parents etc…Nous sommes donc un mélange de tout ce beaux monde.

Alors que je m’apprêtais à poursuivre mes explications, je suis interrompue par un rire contagieux. Voilà Grincheux et Proffe qui se bidonnent comme des fous.

Maman : Mais qu’est-ce qui vous fait rire?

Grincheux, essayant de reprendre son souffle : Tu veux dire qu’il y a du papi dans notre recette?

Et nous étions trois maintenant à nous bidonner!

02 octobre, 2008

Mission enfin accomplie!

D’accord, c'est avec un peu de retard, mais tout de même! Après une tentative infructueuse, j'ai enfin réussi Ma tarte aux pommes! Elle était délicieuse aux dires des autres; je n'ai rien goûté, trop enrhumée que je suis. Snif!

Pendant qu'on est sur le sujet des défis de la saison, j'aimerais proposer un amendement ou bien un accommodement raisonnable, appelé cela comme vous voulez! Je m'explique, pour toutes celles qui n'auront pas eu le temps d'aller aux pommes, il y a la possibilité d'aller aux citrouilles. On est cool avec ça les filles?

Et puis pour celles qui sont déjà allées aux pommes (que vous êtes efficaces!!!), ne vous empêchez pas d'aller aux citrouilles!!!!

30 septembre, 2008

Parfois nous sommes tellement pris dans notre tourbillon quotidien qu’il nous arrive de passer à côté de l’essentiel. On a beau s’en faire une priorité, le désirer ardemment, rien à faire, on y arrive juste pas.

Alors que j’étais partie pour le travail la semaine dernière, je pensais à tout cela. J’étais loin de chez moi, relevée de mes responsabilités de mère, de gentille voisine, de collègue de travail etc.

J’étais simplement une participante au congrès annuel des du Réseau canadien d’éducation et de communication relatives à l’environnement.

Et c’est là que j’ai réalisé que Compagnon et moi manquions de temps pour nous deux. Du temps juste pour nous deux et non pour nous cinq. Séparée et loin de lui pendant plusieurs jours, j’avais très hâte de le retrouver, de l’embrasser et de me retrouver au creux de ses gros bras musclés (!).

Toutefois, la réalité m’a vite rattrapée à mon arrivée. Les petits, ayant eux aussi manqués leur maman, la réclame sans cesse. Le tourbillon du quotidien n’a pas manqué lui non plus de me reprendre dans sa course folle.

Résultat : je suis revenue depuis trois jours et je rêve encore d’embrasser Compagnon et de me retrouver au creux de ses bras musclés.

29 septembre, 2008

Il y a quelqu’un chez nous qui songe déjà à Noël…

Grincheux : Maman, est-ce qu’on sait jusqu’à quel âge il va vivre le Père Noël ?C’est parce qu’il commence à être pas mal vieux et puis Noël s’en vient.

Serait-ce le temps de révéler à Grincheux, la vraie histoire du Père Noël?

Snif, snif, et moi qui comptais employer prochainement l’effet sagesse qu peut avoir le Père Noël sur les enfants!
Bon, je suis de retour!

Quand on part de la maison pour quelques jours, laissant derrière soi les enfants, le conjoint et la routine habituelle, notre retour nous inquiète un peu.

Vais-je être capable de reprendre le rythme du train train quotidien assez vite?

Serais-je encore capable de gérer trois enfants qui veulent tous soit te parler en même temps, soit te demander quelque chose en même temps ou soit faire des bêtises en même temps? … et même parfois, ces trois choses, tous en même temps!

Si cela m’inquiète c’est que je viens de passer quelques jours entourés d’adultes seulement. En plus, je n’avais à prendre soins que d’une seule personne et c’est moi!

Mais aussitôt sortie de l’avion, la réalité m’a rattrapée! Elle (la réalité, ma vraie réalité!) m’a mise à l’épreuve assez vite et cela faisait à peine deux minutes que j’avais retrouvé les petits et Compagnon à l’aéroport.

Joyeux, se tortillant : Maman, envi pipi. MAMMMMAN, envi PiPi.

Vous voyez où ça s’en va, n’est-ce pas?

Et oui, il avait envi de pipi le petit. Et non nous n’avons pas eu le temps de nous rendre à la salle de bain. Et oui le petit a fait pipi parterre…dans son pantalon…dans ses chaussures! Tout ça au beau milieu de l’aéroport!

Chassez le naturel et il reviendra au galop!!!

23 septembre, 2008

Un petit mot pour vous dire que je serai absente pour les prochains jours. J’ai la chance de travailler pour un organisme qui m’envoie parfois dans l’Ouest canadien, parfois dans l’Est!

J’en profite car au printemps, je retourne au musée, et les occasions de voyages y sont plus rares!

Autant je me sens choyée de pouvoir voir du pays ainsi, et qui plus est, ce sont souvent dans des milieux naturels d’une beauté incroyable, autant je serais prête à tout donner pour ne pas partir.

Je ne pense pas que le cordon qui me lie à chacun de mes enfants soit suffisamment long et élastique pour que l’on soit séparé par une telle distance! Ne pas avoir ce contact physique quotidien avec eux, c’est ce que je trouve difficile. J’ai besoin de prendre, toucher et sentir mes enfants. Passer un jour ou deux sans eux ça va, mais là, savoir que je serai plusieurs jours sans pouvoir leur caresser la joue ou leur voler un bisou… c’est plus difficile!

Note à Compagnon : Mais oui, mon chéri, pour toi aussi c’est pareil!!!! …le cordon en moins!

Allez, bonne semaine!

Expérience non concluante!

Attention Mesdames et messieurs, à vous qui vous vous lancerez dans l’aventure des tartes aux pommes, je vous dis : prenez garde à la recette que vous choisirez!

Je parle d’expérience! Cette tartre aux pommes étant ma toute première tarte aux pommes à vie (!), je suis donc parti à la recherche de zi recette!

Et je croyais l’avoir trouvé… mais ça, c’était avant de l’avoir essayée!
Ha je vous entends : mais comme c’était ta première tarte, comme sais-tu que c’est pas toi l’élément faible de cette recette?

Hé bien non! J’ai des témoins! Je les ai vus, eux aussi, sourciller à la lecture des ingrédients!

D’où venait cette recette? De La Presse du week-end précédent. On y demandait 5 pommes, coupées en dés, auxquelles on y ajoutait une demi tasse de sucre. Laisser cuire à feu doux le tout pendant une heure et voilà!, l’essentiel de votre tarte.

Hum…

Cinq pommes, ce n’est pas beaucoup! Jamais on ne pourra remplir un fond de tarte avec cela!
Mais ce fut délicieux sur de la crème glacée à la vanille!

Maintenant, je comprends pourquoi certaines revues inscrivent en gros sur leur page couverture Recettes testées.

Allez, on retourne aux chaudrons!
Récapitulons!

La Mère Michèle et moi avons pensé se fixer quelques objectifs, plaisants et rigolos, afin de profiter de l'automne qui commence. Question de ne pas arriver à Noël, quelques regrets sur la conscience!

Alors, si le cœur vous en dit, joignez-vous à nous et n'hésitez à partager avec nous vos résultats!

Premier objectif: faire une tarte aux pommes. Quoi de plus classique!

Deuxième objectif: une promenade en plein-air, photos à l'appui!

Que le plaisir commence!

22 septembre, 2008

Il y a des matins comme ça. Des matins où ton cerveau semble vouloir rester sur le neutre. Ou bien serait-ce les neurones qui sont très lentes à s’activer?

En fait, c’est comme s’il y avait un laps de temps, petit mais significatif!, entre le moment où ton corps reçoit un ordre en provenance de ton cerveau et le moment où il passe finalement à l’action.

On a alors de la difficulté à s’exprimer! On veut parler à un collègue, on oublie son nom! Ça fait chic!

On tape au clavier et subitement nous voilà un brin dyslexique!

Je pense qu’aujourd’hui, j’aurais bien fait le travail buissonnier!

J’en aurais profité pour faire des trates… heu des tartes (vous voyez, ce que je veux dire!). Avec la Mère Michèle, on a pensé se fixer quelques objectifs cette saison (et de saison) afin de profiter à fond de l’automne.

Premier objectif : faire une trarte , zut, une tarte, aux pommes. Cela va de soi!

Par la suite il y aura probablement une sortie aux pommes et autres activités de circonstances. Rien de compliqué. Simplement des trucs que l’on se promet de faire à l’arrivée d’une nouvelle saison, mais qu’en réalité on fait si peu!

Si le jeu vous tente, joignez-vous à nous!

Bon allez, c’est l’heure d’aller se chercher un bon café… question de dissiper tout ce brouillard qui m’enveloppe ce matin!

17 septembre, 2008

Quand un enfant débute la garderie, c’est souvent à sa troisième journée que les choses se compliquent. En effet, l’enfant commence à comprendre ce qui se passe. On le dépose le matin et il ne nous revoit pas avant la fin de la journée. Et c’est là que l’on doit user de stratégies afin de rassurer le petit… afin que tout se passe bien.

Et bien, révélation! Je dirais qu’il en est de même pour nous, parents, lors de la rentrée scolaire. Les premiers jours, voir les premières semaines, on ne semble pas comprendre ce qui se passe. On se sent encore un peu en vacances, avec suffisamment de temps en soirée pour faire un peu de tout avec les enfants.

Quoi, vous voulez aller au parc? Oui, allons-y, il n’est que 19h30!

Faire les lunchs pour demain? Mais oui, j’y viendrai. Pas besoin de se stresser, il n’est que 20hres!

Mais lorsque l’on est rendu à la troisième semaine d’école, la donne change!

Quoi, vous voulez aller au parc? Ben non, il est 19h30, c’est l’heure du bain.

Quoi, il est 20hres et je n’ai pas encore fais les lunchs?

Oui, tout comme les tout-petits qui, tout à coup, comprennent ce qui les attendent tous les jours, le parent réalise qu’il s’est transformé en gardien du temps. Exit la liberté de flâner dehors jusqu'à ce qu’il fasse noir le soir, exit la possibilité de ne pas organiser la journée suivante de tout le monde avant d’aller au dodo.

Et comme le petit à la garderie, on regarde par la fenêtre et on pleure un petit coup!

16 septembre, 2008

Que dit la petite soeur de 5 ans à son grand frère qui en a 8, lorsqu'elle réussi à pédaler sans petites roues avant lui?

Proffe, qui essaie tant bien que mal de remonter l'égo de son frère: C'est quand même toi le champion de la byciclette à petites roues croches (croches car seulement une touche parterre!)

... le verre est à moitié plein... le verre est à moitié vide....

Mots d'enfants

Proffe : Aujourd'hui maman, les pompiers sont venus à l'école et on a eu une pratique de larmes de feu.

11 septembre, 2008

Vive John the Wolf

Certains le trouvent éparpillé et borderline, moi je le trouve rafraîchissant et authentique.

Pour du Leloup à son meilleur, écoutez l’entrevue (quoique c’était plutôt un quasi monolgue!) qu’il a donné à Christiane Charrette ce matin.

Et pour vous donner une idée de la controverse qu’a suscité son passage à l’émission, jetez un coup d’œil aux messages laissés par les internautes.

10 septembre, 2008

Faut pas avoir peur du ridicule!

Elle a l’air smart la fille, assise dans son cubicule, de chaudes larmes coulant sur ses joues.

Attention les filles : ne pas écouter la chanson Berce-moi encore de Daniel Lavoie lorsqu’on est en public!

Je dois être en pleine ovulation moi-là!!!
Il est toujours bon de mettre les choses en perspectives!

À la sortie de l’école :

Maman, impatiente : OK, Proffe, laisse moi t’attacher. Tu essayeras une autre fois. Je ne peux pas rester à coté de l’auto jusqu’à ce que tu réussisses. Il y a des autos qui passent et je ne veux pas me faire frapper.

Proffe, déçue : Ok, vas-y.

Une fois tout ce beau monde assis et attaché, je m’assoie à mon tour, je ferme la porte de l’auto.

Maman : Écoute ma puce, je sais que tu es capable de t’attacher tout seule. Sauf que là, ce n’est pas le temps. Si je reste trop longtemps dans la rue à attendre que tu t’attaches, je pourrais me faire frapper.

Grincheux, le rationnel : Oui Proffe, si maman se fais frapper, va falloir que l’on marche jusqu’à la maison.

Maman, qui s’attendait à un peu plus de sympathie: Ben voyons, je pourrais être morte aussi. Et d’en rajouter (pourquoi pas) Et si je meurs, vous n’aurez plus de maman.

Grincheux, toujours aussi rationnel : Ouais, pis là, papa va toujours être en retard au travail le matin.
???

08 septembre, 2008

On nous a jetté un sort!

Grincheux a décidé cette année, qu’au lieu de continuer le piano, qu’il irait plutôt en chant.

Et devinez qu’elle est la chanson que l’on aura le plaisir d’entendre, entendre encore et de réentendre jusqu’à dieu sait quand?

Chante-la ta chanson. Oui oui. Chante- la ta chanson. Et pas n’importe quelle version. Mais non! Celle chanté par Jean Lapointe!

Mais diantre! Comment s’est-on retrouvé avec cette chanson me demandez-vous?

C’est que le petit Grincheux a simplement confondu Jean Lapointe et Pierre Lapointe!!!

C’est le sénateur qui a de quoi être fier!

05 septembre, 2008

Quand ton boss passe par ton cubicule un matin et qu'elle te dit:

Ouais, c'est tranquille ici

et que tu lui réponds:

Ouais, c'est toujours comme ça

et que là, elle re réponds:

Et bien, on travaille là-dessus, à mettre plus de vie, à remplir ça ces cubiles-là...

Est-ce une façon indirecte, tout en douceur de te dire: c'est pas toi qui a eu la job?!!

04 septembre, 2008

Chez vous, qui fait la lessive?

Chez nous, c’est moi. Pas parce que Compagnon n’aime pas ça. Non c’est comme ça, résultat de la séparation naturelle des tâches domestiques!

Ce que j’aime de faire la lessive, ce sont tous les petits trésors que je trouve au fond de la cuvette une fois le linge lavé.

Grincheux à cette habitude de cacher au fond de ses poches une multitude d’objets, ou bouts d’objets je devrais dire, qui l’ont fait voyager pendant ses récréations. On y trouve donc des bouts de bois, de plastiques, des roches…. Vous voyez le genre.

Il n’est donc pas rare que ces objets orphelins se retrouvent à un moment ou l’autre dans la laveuse.

Quand je suis chanceuse, j’y trouve aussi des pièces de un dollar et parfois même des pièces de deux dollars!

Je croyais avoir tout vu, tout trouver ce qui pouvait être trouver au fond de la machine à laver jusqu’à la fin de semaine dernière.

Et non! Ce n’est pas une, pas deux mais trois surprises que j’aie eues! Et pas des surprises agréables!

Après une première brassée, alors que j’étais sur le point de sortir les derniers vêtements de la machine, j’aperçois une bibitte, une grosse bibitte dis-je, noire, avec de longues antennes au fond de la cuve. Et elle bougeait encore.

COMPAGNONNNNNN au secours!!!!!

Après une seconde brassée, alors que j’essayais, à deux mains, de sortir le chandail kangourou de Grincheux de la laveuse, quelque chose me disait que j’étais sur le point de faire, à nouveau une surprenante découverte. Et quelle découverte ce fut! Deux poches remplies de cocottes (oui, oui, des cônes de conifères) ainsi que deux bonnes pelletées de sable!

GRINCHEUX, viens ici!!!!!

Rendue à la quatrième brassée (puisqu’il fallu tout relaver la deuxième brassée tant il y avait du sable!), je commençais à en avoir aura le ponpon et considérait même être celle dans le couple responsable des poubelles au lieu.

Mais je n’avais rien vu encore…ou plutôt encore rien senti! O que yes!

Et quel fut l’intrus de cette brassée ? Je resterai vague mais vous comprendrez. Joyeux ne maîtrise pas tout à fait l’art de la propreté encore…. Disons qu’il y travaille fort mais qu’il y a encore place à l’amélioration… surtout en ce qui concerne les numéros deux!

03 septembre, 2008

Félicitations et bon courage à tous les papas et mamans qui vivent en ce moment leur rentrée scolaire!

Oui l’école a bien recommencé! La preuve?

Ha… nous pourrions dire les autobus scolaires qui circulent le matin et l’après-midi, les papas et les mamans, café à la main, tôt le matin, qui accompagnent leurs petits à l’arrêt d’autobus, les cours d’écoles qui bourdonnent quelques secondes après que la cloche ai sonné, les enfants, alourdis par leur sac d’école qui marchent parfois d’un pas certain, parfois d’un air nonchalant vers l’école, les brigadiers décorés de leur dossards oranges, panneau à la main, qui les attendent. Et j’en passe!

Mais pour moi, ce qui me convainc, me prouve que l’école est belle et bien commencée, c’est tout le trajet et toutes les choses que j’ai effectuées entre le moment où je suis sortie du lit ce matin et celui où j’ai posé mes choses dans mon cubicule (ouach!) au travail!

Voilà, c’est cette course très intense que je vis, et que vous vivez sûrement vous aussi, chaque matin qui me dit que oui, l’été est terminé et que les vacances, celles qui sont à venir, sont si loin, qu’elles ne sont même pas inscrites au calendrier!



Une grande inspiration et c’est parti!

Caresser les 3 petits afin de les réveiller en douceur et dans la bonne humeur car un enfant qui se réveille de bonne humeur, c’est un enfant qui coopèrera!

Sortir les vêtements pour chacun. Se souvenir des préférences de chacun. Ne jamais sous-estimer le pouvoir que peux avoir un chandail préféré. Il peut devenir un incitatif très efficace qui vous permettra de sortir du lit n’importe quel petit endormi! Une fois debout, il ne reste plus qu’à l’habiller!

Féliciter celui qui a au moins un œil d’ouvert! Menacer les 2 autres qu’il serait bien possible qu’ils n’aient pas suffisamment de temps pour déjeuner s’ils ne se lèvent pas (quoique que leur dire qu’ils n’auront conséquemment pas le temps d’écouter 5 minutes de la reprise des karmadors soit beaucoup plus efficace!).

Transférer (!) ces 3 petits à Compagnon qui s’occupe des déjeuners.

Embarquer dans la voiture et attacher les 3 petits…. ces trois petits qui, sous l’emprise d’une force surnaturelle, sont attirés vers leur bicyclette et leur rouli-roulant plutôt que vers la voiture.

Grincheux, ce n’est pas le temps de faire de la bicyclette. Viens t’asseoir dans la voiture.

Maman, je ne fais pas de la bicyclette, c’est juste en attendant que tu attaches les autres.

???

Déposer Joyeux chez Grand-papa. Tout l’été nous avons parlé à Joyeux de la nouvelle garderie qui l’attendait à la fin de l’été. Malheureusement, notre garderie n’a pas été choisie par la ministre lors de la distribution récente au Québec des places subventionnées. Merci Grand-papa!

S’arrêter au dépanneur afin de recharger ma passe mensuelle pour prendre le bus. (Merci Compagnon de m’avoir rappelé que le premier du mois était déjà passé!) Ceci implique entrer dans un dépanneur avec Grincheux (8ans) et Proffe (5ans) dans ce qui est pour eux une vraie caverne d’Ali baba!

Déposer Grincheux à son école. Dis donc, où est la seule porte débarrée de l’école à 7h30 de matin? C’est vraiment le début de l’année!

Déposer Proffe à son école. Première journée d’école pour Proffe. Rassurer la petite, chercher son éducatrice du service de garde, lui expliquer ce qui se passera dans les prochaines minutes.

Proffe, Mélanie est ton éducatrice du service de garde. Tu es dans le groupe des écureuils.

Non maman, mon professeur c’est Sophie, je suis dans le groupe des poissons.

Oui ma chouette, ça, c’est quand tu es en classe! Ton professeur s’appelle Sophie, mais quand tu es au service de garde, c’est Mélanie qui s’occupe de toi.

Sophie ou Mélanie? Tu m’avais dit que je commençais l’école... pourquoi j’ai encore une éducatrice…

???

Me rendre au stationnement incitatif. Y laisser la voiture. Attraper le prochain bus où il semble y avoir encore quelques centimètres carrés de libres.

Arriver enfin au travail. Expirer un bon coup puis… inspirer un bon coup à nouveau et continuer!

Mais il ne faut pas se décourager! Comme toute période de transition, il faut se donner la chance de devenir efficace dans cette nouvelle routine.

D’ici octobre, je devrais être en mesure d’arriver au boulot, le ventre plein et les dents déjà brossées!

27 août, 2008

En tant que parent, il y a de ces messages que l’on tient vraiment à ce que nos enfants comprennent.

Certains sont liés à leur hygiène :
Tu dois brosser tes dents, sinon tu auras des caries.

Certains servent à faire d’eux de bons citoyens :
Lorsque tu te présentes, dis bonjour et puis à la fin, n’oublie pas le merci.

D’autres, plus vitaux, servent à assurer leur sécurité :
N’oublie pas de regarder des deux côtés avant de traverser.

Et il y a de ceux, qu’on a parfois l’impression de ne pas assez répéter ou du moins, malgré le fait que nous les répétions souvent, il nous reste la peur que si un jour, ils devaient faire face à cette situation, et bien, qu’ils ne seraient peut-être pas en mesure de la reconnaître.

Vous voyez de quelle situation il est question? Le kidnapping d’enfants.

Et bien hier ( ne vous inquiétez pas, cette histoire n’est pas tragique!), Compagnon est parti faire une randonnée à bicyclette avec Grincheux, Proffe et Joyeux. (Vive les papas!)

Sur le chemin du retour, Compagnon a donné la permission à Grincheux de rentrer seul, par lui-même.

Lorsque je suis arrivée à la maison, Grincheux s’est pressé de me raconter son accomplissement, et il fallait voir toute fierté dans le visage de ce petit homme de 8 ans.

Maman, Papa m’a laissé rentrer tout seul tantôt quand on est allé à bicyclette.

Wow, c’est super! Tu as sûrement aimé choisir le chemin que tu voulais prendre.

Ha oui maman, tu peux vraiment être fier de moi. Je ne me suis pas perdu pis en plus, je ne me suis même pas fait kidnapper!

Bon, ok, j’ai compris… je pense qu’il a compris aussi!

26 août, 2008

Il y a un nudiste parmi nous!

Le voilà, au volant de sa bicyclette, qu’il commence par se plaindre qu’il a très chaud et qu’il veut enlever son chandail.

Le voilà qu’il repasse devant vous, toujours au volant de sa bicyclette, ses shorts en moins.

Dans la maison, il monte dans sa chambre, chercher quelque chose comme il dit, puis redescend nu comme un ver!

Mais où sont tes vêtements?

Sais pas!

Je soupçonne qu’il y a pris goût un jour, alors que nous jouions au parc, et qu’il fut pris d’une envi de pipi pressante.

Comme tout parent, pris au dépourvu, lorsque au parc, son enfant lui signifie de manière très peu subtile, du haut de la glissoire, ou pire en ligne, dans les escaliers de la glissoire, serré entre deux enfants devant et deux enfants derrière :

Mammmmannnn, j’ai envi de pipi!

Vite, vite trouver le buisson le plus touffu du parc!

Est-ce seulement une phase ou sommes-nous devant un monstre?

Dieu merci, l’hiver et ses temps froids approchent!

25 août, 2008

La preuve que tout ne peut être sous contrôle!

Petit message que vous écrit, assise sur le bout de ma chaise... je quitte dans quelques minutes pour passer une entrevue.

Je suis donc passée à la salle de bain, question de brosser mes dents et faire un petit pipi (!) pour me rendre compte, que ce matin, j'ai enfilé un pantalon sur lequel il y a des tâches. Vous savez les filles, ces tâches de pantalons qui, vers l'âge de 14-16 ans nous traumatisent et nous obsèdent une fois par mois....


Bravo Sylvie, comme dirait Guy à Sylvie dans Un gars, une fille.

21 août, 2008

Difficile de passer inaperçu ou du moins se fondre dans le paysage lorsque nous arrivons dans un endroit public à cinq… donc trois jeunes enfants qui comptent bien se faire voir et entendre!

Prenez par exemple une sortie à la bibliothèque de la ville.

Nous y étions hier soir, en fait pas pour emprunter des livres mais plutôt pour aller boire à la buvette (pourquoi pas hen?).

Grincheux 8ans et Proffe 5ans comprennent bien qu’à la bibliothèque, c’est la loi du silence qui règne. Toutefois, pour une drôle de raison, s’ils sont à la bibliothèque pour une autre raison, se désaltérer dans ce cas-ci, cette loi ne semble plus s’appliquer.

Mammmmman, je veux faire pipi aussi. Est-ce que je peux faire PIPI aussi? Hen mammman?

Ou bien Joyeux, deux ans, haut comme trois pommes, pour qui le monde des bibliothèques reste à découvrir et à comprendre qui ne se lassait pas de répéter haut et fort à tous ceux qu’ils croisaient : CHUT! Personnes font dodo.

Nous n’avons pu nous en empêcher: fou rire pour tous. Exit le silence!

Même embarquer tout ce beau monde dans l’auto dans un stationnement public relève de l’exploit.

Surtout, si en plus, il ne faut pas laisser le panier d’épiceries partir à la dérive!

Attention Grincheux, la dame à côté veut embarquer dans sa voiture.

Proffe, laisse passer Grincheux, s’est lui qui doit monter en premier, tu le sais, sa place est au fond. Allez, la dame attend pour entrer (ou pire pour sortir!) de sa voiture!

Joyeux, assis-toi dans ton banc et reviens en arrière. Non, tu ne dois pas toucher aux boutons et ne tire pas le frein à mains!

Et pendant ce temps, la petite dame qui attend toujours patiemment…..

Et que dire de la sortie au resto?

Moi je veux m’asseoir au bout

Moi je veux m’asseoir tout seul à une table

Moi je veux m’asseoir dans une chaise haute

Moi je veux de la crémeuse

Non, moi je veux de la traditionnelle!!!!

Que de réclamations! Et que de regards provenant des tables voisines.

Quoi, faisons-nous trop de bruit madame? Je suis désolée madame et sachez que je suis entièrement d’accord avec vous!
Tout comme pour la Mère Michèle, ce n’est pas ce mois-ci que notre quatrième bébé viendra s’installer au creux de mon ventre.

Et pourtant…. Nous avions bien fait nos devoirs!!!

L’arrivée de ‘’ Matante Rose’’ emmène son lot de questions.

Comment se fait-il que pour les grossesses précédentes nous n’avions pas eu de difficulté? Est-ce mon âge qui influence mon cycle? Il y a pourtant des mamies italiennes qui accouche à 50 ans!

Y a-t-il un problème? Si oui, comment faire pour le savoir?

20 août, 2008

Dites-moi, à quoi ça sert une carte d’assurance santé si tu ne peux jamais t’en servir?

Ce matin, Compagnon s’est présenté à la clinique sans rendez-vous avec Grincheux. Ce dernier, pauvre petit, a un mal d’oreilles qui le fait terriblement souffrir.

Quand un enfant te dit qu’il peut sentir son battement de cœur dans ses oreilles… y’a de quoi consulter.

Donc, arrivés dans le stationnement de la clinique sans rendez-vous, un homme s’approche de la voiture. Compagnon baisse sa fenêtre pour se faire dire ceci :

Homme : Êtes-vous membre de la co-op?

Compagnon : non, pourquoi?

Homme : Si vous n’êtes pas membre de la co-op santé, vous ne pourrez pas voir un médecin ce matin.

Compagnon : Depuis quand????

Homme : C’est comme ça maintenant. La clinique sans rendez-vous n’est que pour les membres de la co-op santé. Et puis, vous ne pouvez pas devenir membre, il n’y a plus de place.

Compagnon : Censurer

Homme : Va falloir vous présenter à l’urgence monsieur.

Pas besoin de vous dire que Compagnon était en T*******. Dans l’auto, tu as un enfant qui fait une otite. Non seulement tu ne peux voir un médecin, car il faut maintenant faire parti d’un groupe sélect pour cela, mais en plus, on t’envoie à l’urgence pour cela?

Hum… je nous vois arriver à la station de triage de l’urgence.

Oui, bonjour. C’est pour un mal d’oreilles. Non, l’enfant ne fait pas de fièvre. Oui, il a plus ou moins bien dormi cette nuit. Non, il ne se plaint pas d’autres malaises.

Bonne chance.

Finalement, je ne crois pas que nous ayons à débattre du fait que nous voulions ou non un système de santé à 2 vitesses. Pourquoi? Car notre système public, actuel, se transforme lui-même en système privé.

Il te faut faire parti d’un groupe sélect, être membre de ce groupe, payer une adhésion annuelle pour pouvoir avoir le droit de voir un médecin.

Imaginez maintenant que votre condition exige que vous soyez suivi par un médecin….

Vraiment, entre notre système de santé et celui que l’on retrouverait dans un pays en voie de développement…

15 août, 2008

Une "amie" m’a téléphoné tantôt.

Elle me demande Ze question, comme elle seule sait la demander. Pis, quoi de neuf?

J’aimerais bien pouvoir transmettre ici le ton de sa question. Tout le sous-entendu, le non-dit dans son ton. Vous voyez ce que je veux dire? Vous avez aussi des amies comme ça?

Je lui ai répondu : Hum… quoi de neuf? Et bien, rien de spectaculaire.

En fait, la vraie réponse aurait du être : Ha ben, il se peut que je sois enceinte, la semaine prochaine je passe une entrevue et j’attends des nouvelles de l’université pour les études supérieures.

Mais je ne lui ai pas dit cela. Pourquoi? Je n’arrive pas à m’expliquer concrètement pourquoi. Meilleure Amie et moi en parlons à l’occasion.

Pourtant, cette fille n’est pas méchante. Mais, il y a dans sa façon de poser ces questions, quelque chose de vibe. C’est comme si je me sentais prise en défaut. Pourtant, je n’ai rien fait de mal ou de honteux!!!

En fait, d’écrire ce billet m’aide un peu à mieux comprendre cette situation. Cette fille, lorsque tu lui dis un truc, elle en veut plus, elle analyse ce que tu viens de lui dire, te poses des questions sur tes intentions etc…

Voilà j’ai trouvé : je me sens observé, ausculté lorsqu’elle me pose ce genre de questions!

Là voilà la source de l’inconfort! Sa trop grande curiosité. Tiens cela me rappelle que je l’avais déjà amicalement surnommée Belette ambitieuse…. Comme quoi, j’avais déjà trouvé, en partie, réponse à ma question!

Merci pour cette thérapie!

J’en ferai part à Meilleure Amie ce soir car nous soupons ensemble. Un vrai souper d’été entre adultes, alors que les enfants s’amusent comme des fous chez les grands-parents!

14 août, 2008

Les enfants sont partis. Où? Chez leurs grands-parents. Jusqu’à quand? Dimanche.

Wow! Vous allez pouvoir en profiter pour faire des sorties en soirée, vous ne rusherez pas pour arriver au travail à temps le matin.

Ha ouais? Pourtant c’est le contraire qui semble se produire!
Nous avons bien essayé de faire une sortie hier soir.

Compagnon, alors que nous revenions d’un souper chez ma mère (voyez comme les gens sont gentils, ils pensent à vous inviter à souper quand vos enfants sont partis!): Aimerais-tu aller chez Chapters?

Moi : Oui, c’est une bonne idée. Ça fait longtemps qu’on a pas eu la chance de flâner dans une librairie. …. Hum, mais il est déjà 8h30…. Hum… pis c’est loin ,il faut aller jusqu’à Ottawa pis après revenir…. Je pense que je suis fatiguée

Compagnon, réaliste : Aimerais-tu mieux que l’on rentre à la maison? On peut toujours faire une sortie demain.

Devinez qui s’est retrouvé devant la tété à regarder les Jeux Olympiques quinze minutes plus tard et au lit une heure plus tard? !!!

C’est trop injuste comme disait Caliméro!

13 août, 2008

Retour au travail

Tu n’es pas complètement revenue de vacances quand à ton retour au travail….

Tu ne te souviens plus de ton mot de passe qui te permet d’accéder à ton ordi.

Tu ne te souviens plus de ton code qui te donne accès à ta boîte vocale.

Tu sens que tu as accompli suffisamment de choses et que tu rentrerais bien chez toi alors qu’il n’est que 2h30 de l’après-midi.

Tu as oublié le prénom de certains collègues… ben quoi, ça ne vous arrive pas à vous?!

Tu as de la difficulté à croire que tu réussissais à boire le café de la cafétéria auparavant.

Et le summum :

Dans ton sac, ta passe de travail est introuvable. Par contre, il y a tout un kit de survie pour une sortie en famille : sac de Cherios, serviettes humides, petite culotte pour Joyeux et carnets d’activités du Zoo de Granby!

Ouf, ce sera une rentrée graduelle je crois!

12 août, 2008

Coucou!

Bon allez, c'est plus fort que moi! J'ai beau avoir réfléchi cette décision, celle de mettre fin au blogue, je n'y peux simplement pas!

Quasi tous les jours, il me vient des idées de billet!

Que faire alors? Se remettre au blogue. Ben quoi... il n'y a que les fous qui ne changent pas d'idées!


J'espère vous retrouver car de mon côté, je n'ai cessé de vous lire soit dans votre espace blogue ou bien dans les commentaires que vous laissés ici à gauche et à droite!

Des nouvelles fraîches de Grincheux, Proffe et Joyeux sous peu!

10 juin, 2008

Il est temps pour moi de tirer la plogue sur le blogue!

Il m’est arrivé à quelques reprises, au détour d’un blogue, de lire un billet où le blogueur s’excusait de ne plus écrire aussi fréquemment et ce faute de temps.

Et c’est ce qui m’arrive également. En fait, du temps, il y en a toujours. C’est la plutôt la façon que tu aménages ce temps qui compte vraiment!

Ayant trois jeunes enfants, travaillant à temps plein, faisant du bénévolat et retournant bientôt aux études supérieures à mi-temps, je sais de quoi je parle!

Mais le hic, c’est que plus tu as de choses à rentrer dans ton horaire, moins de temps tu peux te permettre de consacrer à chacune d’elles.

Et c’est ce qui se passe avec le blogue.

Je profite du trajet en autobus le matin, alors que j’ai l’esprit libre, afin de vous concocter un billet. J’arrive au travail, ouvre ma station et vole un petit 15 minutes pour afficher ce billet.

Je n’ai pas la chance de relire, de mieux fignoler mon histoires ou structurer mes pensées ou simplement de prendre le temps de bien écrire.

Et voilà ce qui me plaît dans un blogue : des histoires, aussi anodines qu’elles peuvent être, bien ficelées.

Et c’est ce que je lis sur vos blogues…. Et c’est ce que je voudrais pour celui-ci également!

Je resterai toutefois présente dans le monde de la blogosphère! Je continuerai à vous rendre visite sur vos blogues et à vous laisser des commentaires.

Merci aux lecteurs (hum… surtout des lectrices!) qui se sont intéressés à Grincheux, Proffe et Joyeux… qui sait, peut-être les retrouverez-vous à nouveau un jour sur la blogosphère, dans une versions web 3.0 !

Bon été

Mitrentaine

06 juin, 2008

Il y a des moments où ils se passent des choses bien concrètes et non des réflexions où tu te dis : Wow, mon enfant a vraiment grandit!

Hier soir, à l’heure du souper, Grincheux nous a surpris à deux reprises. La première? Au beau milieu d’une conversation, il a dit :

Maman, je connais un bon site pour Proffe (5 ans) et Joyeux (2 ans). Tu vas dans Google et ……

Tu vas dans Google? Il connaît Google?

Grincheux joue bien à des jeux sur le web mais jamais nous ne lui avons parlé de Google!

Chaque fois qu’il s’installe à l’ordi pour jouer, il tape chacune des lettres de l’adresse en suivant attentivement ce qui est écrit sur son bout de papier. Wow! Pour nous, tout d’un coup, il était grand!

7ans, et déjà il est au courant de ce qu’est Google et ce à quoi ça sert. La preuve que la culture populaire, le mainstream, réussissent à faire leur chemin tout seule!

La seconde? Grincheux est un fervent admirateur des Karmadors (émission à Télé-Québec). Alors que nous étions encore attablés il nous demande quelle heure il est.

Il est presque 6 heures. Ton émission commence dans 5 minutes.

Ha, tu veux dire, il est presque 18 heures?

Ok. Pour vous, ce n’est peut-être rien mais pour nous, y’a de quoi être surpris par cela. Venant d’un enfant qui a pris 3 mois avant de connaître le nom des ses amis (es) de classe en maternelle, c’est assez surprenant!

Après l’avoir félicité, nous lui avons demandé :

Et 7 heures du soir, c’est quoi?

Le voilà qui compte à l’aide de ses doigts : 19 heures!

Après avoir vu la gymnastique qu’il a fait avec ses doigts pour arriver à cette réponse, je crois que je suis plus impressionnée par celle-ci que par le fais qu’il sache dire l’heure sur un cycle de 24 heures!

02 juin, 2008

Les vacances sont déjà terminées!

Tu n’étais pas partie pour le travail?

Oui, Oui! Mais quand on part pour Banff et qu’en plus ton amoureux t’accompagne, c’est quand même un peu des vacances non?!

Que c’est beau les Rocheuses! Je n’y étais jamais allée. Une chose de certaine, ce n’est pas comme sur les photos. Non! C’est encore plus beau!

Durant notre séjour, entre les sessions de la conférence et le réseautage (qu’il faut bien se taper!) nous sommes allés découvrir les environs.

Entre autre, un classique comme le Lac Louise et ce téléphérique qui montait à plus de 2200 mètres. Cœur sensibles s’abstenir comme en fait foi ce petit vidéo ou plutôt... comme j’en fais montre sur ce petit vidéo!



À notre retour, Compagnon et moi étions soulagés de savoir que ça c'était également bien passé pour les enfants et pour ceux qui ont généreusement accepté de les garder!

Tout le monde était de bonne humeur... tout le monde... m'enfin presque (comme on dit à la fin des histoires d'Astérix!). Il y a quand même Grincheux qui, fidèle à sa personne, chigne depuis qu'il a réintégrer les rangs, depuis qu’il a retrouvé son frère et sa soeur.

C'est drôle comme on oubli vite comment s'est de devoir partager, attendre son tour et prendre des décisions en groupe! M'enfin, dans une semaine ou deux, son humeur se sera sûrement replacé! Hykes... je l'espère.

Puis, comme la vie, c'est la vie, à notre retour, deux bonnes nouvelles nous attendaient (sarcasme).

Non, le chien n'est pas mort (sarcasme encore mais de mauvais goût je le sais) mais plutôt notre garderie qui nous flush. Deux semaines pour nous trouver deux places en garderie.

Bonne chance.

S'il y a bien une chose qui ne me manquera pas de l'enfance de mes enfants, c'est bien les garderies. Quand tu tombes sur une perle d'éducatrice, tu donnerais tout pour la garder jusqu'à ce que ton enfant entre à l'école. Mais quand t'as moins de chance, tu angoisses, tu stresses et tu cherches désespérément un autre endroit pour tes marmots. M'enfin, on trouvera une solution... quand t'as pas le choix, tu te débrouilles!

L'autre bonne nouvelle? Compagnon vient de réaliser qu'il n'a pas réservé les bonnes semaines pour nos vacances. Oups!

Au point où on en est rendu!... Tiens j'y pense, il pourrait quand même garder ses semaines de vacances et garder les enfants. Mais non, je fais encore dans le sarcasme!

23 mai, 2008



Un petit mot pour vous dire que je serai de retour dans une semaine. J'ai la chance d'aller à Banff pour le travail.

Non mais, y'a quand même des avantages à vivre dans un si grand pays!

Portez-vous bien!

Question pour un vendredi matin

Dites-moi, pourquoi lorsque c'est la maman qui fait une sortie, les enfants pleurent et s'accrochent à son cou, puis une fois la maman partie, la bonne humeur, le calme et le rire reviennent? On fait des jeux avec papa et tout est tiguidou.

Alors que lorsque c'est papa qui sort avec ses copains, les enfants lui souhaitent une belle soirée avec ses amis et une fois qu'il est parti, ils mènent la vie dure à la maman?
Entendu hier à la station d'essence:

Pis en plus, y te donne un rabais quand t'achètes un ti char. Ça l'air que c'est mieux pour l'environnement. Ben moé ch'te dis, fuck l'environnement, c'est les enfants qui sont imoprtants.

... Que dire de plus? Se pourrait-il monsieur que l'on parle de la même chose?

22 mai, 2008

Joyeux a fait une surprenante découverte ce matin; son pyjama dans le tiroir à bavettes et à lavettes.

Mon pyjama à moi! dit-il sur un ton enjoué. Mon pyjama à moi!

Ce qu’il ignorait, c’est qu’il n’avait pas vraiment trouvé son pyjama au fond du tiroir… mais plutôt un morceau de son pyjama!

Oui, oui, c’est bien cela, un morceau de son pyjama!

Car Compagnon avait décidé, il y a quelques jours, d’en faire des guenilles.

Mais pour Joyeux, ce bout de tissu était bel et bien son pyjama et il n’allait pas là. Sa place était en haut, dans sa chambre, au fond de son armoire.

D’un pas décidé, il partit vers sa chambre, le petit bout de pyjama dans les mains, afin de le ramener à bon port!

Tout en montant les escaliers, il ricanait et répétait : Mon pyjama à moi, mon pyjama à moi!!!

Compagnon et moi, nous le regardions partir, déchirés entre l’envi de rire et la crainte qu’il ne réalise que son beau pyjama orné de tracteurs et de pelles mécaniques jaune était déchiré, incomplet.

Dieu merci Proffe et Grincheux n’étaient pas dans la cuisine à ce moment. Car c’est certain, ils se seraient dépêchés de lever le jour sur ce complot et des accusations seraient tombées.

Eille! Joyeux! Ton pyjama, il est déchiré. Qui l’a coupé en morceaux? Qui a fait ça? C’est vraiment pas gentil.

Et là, nous aurions eu sur les bras une tragédie familiale! Chose à éviter, surtout quand le compte à rebours a déjà commencé – 5 minutes avant le départ, les enfants!

Toujours est-il que Joyeux a remis à sa place son pyjama, soit dans sa commode. Puis, un à un, il est venu nous chercher afin qu’on le suive en haut.

Monte Tataniel, pyjama à moi en haut!
Monte Masillia, pyjama à moi en haut!
Monte maman, pyjama à moi en haut!
Monte papa, pyjama à moi en haut!


Il était très fier d’avoir replacé tout seul son pyjama là où il allait.

Il n’y a pas eu de crise de larmes.

Personne (à part les coupables!) n’a réalisé que le pyjama du petit avait été déchiré en quelques morceaux. Nous l’avions échappé bel….

Pour l’instant!

Car ce soir, après le souper, les devoirs, les jeux et le bains, viendra le temps d’enfiler un pyjama.

Et là, Compagnon et moi nous nous regarderons, nous nous rappellerons l’épisode de ce matin et de cette guenille, heu pyjama, qui fut tendrement ramenée au fond de l’armoire.

Et comme dans un film d’action, un de nous deux partira à la course afin de sortir cette pièce a conviction de l’armoire.

Espérons que nous y arriverons à temps!

21 mai, 2008

Joyeux aura bientôt 2 ans et demi. J’adore cette période! C’est à cet âge que l’on découvre, au fil des jours et des situations, la personnalité bien propre à ce petit être. Il s’affirme de plus en plus prenant sa place bien à lui au sein de la famille.

Ses échanges avec son frère et sa sœur sont beaucoup plus riches et beaucoup moins passifs de sa part. Il initie les jeux, les discussions et… les taquineries aussi!

Il réclame aussi de plus en plus sa part du gâteaux!

Par exemple, après avoir vu sa sœur avaler ses antibiotiques le voilà qu’il en réclame : Moi aussi mé-di-ca-ment, moi aussi, répète-t-il tout en se pointant avec son index.

Après avoir vu son frère mettre un pansement, il insiste pour qu’on lui en mette un aussi : Moi aussi, pan-se-ment, moi aussi.

Mais tu n’as pas de bobo.

Y’a rien à faire! S’il comprend qu’il veut un pansement, une subtilité lui échappe : il te faut un bobo pour avoir un pansement!

Mais la meilleure, je l’ai entendu hier soir, alors que je le déposait dans son lit : Maman, y peu ater pelle canique canique?

Je traduis! Maman, est-ce qu’on peut acheter une pelle mécanique?

Deux choses : définitivement, l’influence de son frangin et frangine se fait sentir ici!

Mais aussi, quelle mère peut résister au charme de son petit garçon qu’elle borde pour la nuit et qui lui demande de lui acheter une pelle mécanique?

Certains sont prêts à décrocher la lune… moi, je considère sérieusement l’achat d’une pelle mécanique!